Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 18:47

Alors que le vaccin contre la grippe A/H1N1 ne devrait plus tarder, le ministère de la santé recommande activement la vaccination contre la grippe saisonnière. La campagne annuelle débute demain et se poursuivra jusqu'au 31 décembre 2009.



La grippe saisonnière correspond aux grippes non pandémiques. En France, l’épidémie survient habituellement entre les mois de novembre et d’avril et débute le plus fréquemment fin décembre - début janvier. Elle dure en moyenne 9 semaines, et peut entraîner des complications sévères chez les sujets à risque.

La mortalité imputable à la grippe saisonnière concerne essentiellement les sujets plus âgés (plus de 90 % des décès liés à la grippe surviennent chez des personnes de 65 ans et plus). Son taux est estimé à environ 1 pour 1'000.

En 2008, plus de 5,2 millions de personnes ont été vaccinées. Le taux global de vaccination (59%) est variable selon la tranche d’âge : 65% des personnes âgées de 65 ans et plus sont vaccinées, 68% le sont à partir de 70 ans.
L’objectif de santé publique : la couverture vaccinale d’au moins 75% pour les populations à risque. 

La prise en charge par la sécurité sociale :

Neuf millions d’assurés recevront, à partir du 21 septembre, un bon leur permettant d'obtenir gratuitement le vaccin dans leur pharmacie, dès le vendredi 25 septembre. Sont concernés :

  • les personnes de plus de 65 ans,
  • les enfants et adolescents de 6 mois à 18 ans dont l’état de santé nécessite un traitement prolongé par l’acide acétylsalicylique (syndrome de Kawasaki compliqué et arthrite chronique juvénile),
  • ainsi que les personnes, quel que soit leur âge, atteintes de l’une des affections suivantes :
  1. Diabète de type 1 et 2 ;
  2. Insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme cardiaque, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales ;
  3. Insuffisance respiratoire chronique grave ;
  4. Accident vasculaire cérébral invalidant ;
  5. Formes graves des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie), épilepsie grave ;
  6. Déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, infection par le virus de l'immunodéficience humaine ;
  7. Néphropathie chronique grave et syndrome néphrotique primitif ; Hémoglobinopathies, hémolyses chroniques constitutionnelles et acquises sévères ;
  8. Mucoviscidose ;
  9. Asthme ou broncho-pneumopathie chronique obstructive.

Depuis 2008, les démarches pour les personnes ayant déjà bénéficié de la prise en charge de leur vaccin, sont simplifiées.
Les assurés disposant de l’imprimé de prise en charge de l’Assurance Maladie peuvent directement retirer le vaccin chez le pharmacien, sans prescription de leur médecin. Dans le cas d'une première vaccination, il convient par contre d’obtenir une prescription médicale de son médecin traitant pour retirer ensuite le vaccin chez le pharmacien grâce au courrier d’invitation et à l’imprimé de prise en charge spécifique envoyés par l’Assurance Maladie.

Les vaccins disponibles en France :

Plusieurs vaccins seront disponibles à partir du 28 septembre : AGRIPPAL®, FLUARIX®, GRIPGUARD®, IMMUGRIP®, INFLUVAC®, MUTAGRIP®, VAXIGRIP®, PREVIGRIP® et TETAGRIP® (uniquement sur prescription médicale).

Posologie :

Protocole habituel :

  • De 6 mois à 3 ans, l'injection d'une demi dose ou d'une dose permet d'obtenir une immunisation satisfaisante.
  • A partir de 3 ans, si le sujet n'a pas déjà été vacciné, 2 injections avec un mois d'intervalle sont nécessaires.
  • Chez l'adulte, une injection est suffisante.

Selon le marque, l'injection peut être réalisée par voie sous-cutanée et/ou intramusculaire.

La protection est obtenue dans un délai de 2 à 3 semaines pour une durée de 6 à 12 mois.

Effets secondaires :

Peuvent être observés pendant 1 à 2 jour au point d'injection : douleur, érythème, induration, oedème.
Ainsi que, toujours pendant les 48 heures suivant la vaccination : fièvre modérée, maux de tête, fatigue, malaise, douleur musculaire ou articulaire.
Ces réactions disparaissent généralement après 1 ou 2 jours, sans traitement.
Quelques rares et très rares effets secondaires ont été rapportés après commercialisation : névralgie, paresthésie, convulsions, thrombocytopénie transitoire, réactions allergiques (conduisant à un choc), vascularites avec atteinte rénale transitoire, troubles neurologiques (encéphalomyélite, névrite et syndrome de Guillain-Barré).

Contre-indications :

Hypersensibilité aux substances actives, à l'un des excipients, aux oeufs, aux protéines de poulet, au formaldéhyde, au thiomersal, au désoxycholate de sodium ou à la gentamicine.
L'effet du vaccin pendant la grossesse est mal connu : seul votre médecin peut évaluer le risque éventuel de son utilisation dans votre cas.
La vaccination doit être différée en cas de maladie fébrile ou d'infection aiguë.



Partager cet article

Repost 0
Published by Traficdunet - dans Grippe - vaccin
commenter cet article

commentaires

Martinez Jean-Bernard 06/10/2009 23:50


si il est différent ce n'est pas H1N1!!!!


Traficdunet 09/10/2009 16:01


Le nom que l'on devrait employer pour désigner la grippe pandémique actuelle est "grippe A (H1N1) de 2009". Elle est provoquée par un virus de la grippe A de sous-type H1N1 (terme générique).
Des virus du sous-type H1N1 sont responsables de certaines pandémies de grippe (notamment en 1918 et en 2009) mais aussi d'une partie des grippes pandémiques saisonnières...


Martinez Jean-Bernard 01/10/2009 02:55


Pourquoi dans la composit° de la grippe saisonnière,y-il-a-t-il?:souche virus H1N1 et souche H3N2!!!!
Ne nous vaccine-t-on pas déjà contre la grippe A ?
çà file la trouille de se revacciner pour la grippe A!


Traficdunet 06/10/2009 20:40


Le virus de la grippe pandémique A/H1N1 2009 est différent de celui de la grippe A/H1N1 saisonnière.